close
Luisa Munaretto : une investisseuse en Inde
Luisa Munaretto
ENTREPRENEURES - Non classé

Luisa Munaretto : une investisseuse en Inde

Vénitienne d’origine, Parisienne de cœur, résidente occasionnelle à Delhi, Luisa Munaretto est une vraie femme internationale. Son regard curieux et son optimisme à tout crin lui permettent d’être de ces entrepreneuses pionnières qui font avancer le monde des investisseurs : elle fait en effet partie de ce petit nombre de femmes qui créent et gèrent des fonds d’investissements.

Tech-IA Impact Invest : un « business model » sur mesure

Son dernier coup d’éclat en date, c’est la fondation de Tech-IA Impact Invest, une initiative sur mesure pour valoriser l’expertise acquise en matière d’investissements croisés entre la France et l’Inde. Co-fondatrice auparavant de deux fonds, Bryan Garnier India et Brands & Beyond India Fund, cela fait plus d’une dizaine d’années que Luisa Munaretto a pu accompagner déjà des investissements dans des nombreuses sociétés indiennes dans le monde du lifestyle, du digital et de la santé.

Deux éco-systèmes qui s’ignorent

Avec Tech-IA Impact Invest, sa société d’investissement fondée en 2018, Luisa Munaretto a choisi de changer de braquet :  elle veut favoriser les investissements dans les technologies, et pousser les acteurs français à découvrir les nouveaux développements du sous-continent. Son leitmotiv reste de rapprocher deux mondes qui s’ignorent largement. « Les deux écosystèmes se distinguent par l’excellence dans l’innovation technologique et digitale, dit-elle. Réunir leurs deux expertises dans une initiative d’investissement commune, les faire grandir et fructifier représente pour moi une évolution naturelle ».

L’Inde, troisième accélérateur de start-ups au monde

Son postulat : L’Inde, ce jeune pays dont la moitié de la population a moins de 26 ans, reste pour les financiers européens, un immense marché potentiel. Avec 40.000 jeunes pousses, et 28 licornes, l’écosystème des start-ups indiennes, le troisième au monde, est au centre de la transformation socio-économique du pays. « C’est un mélange intéressant d’innovation, de technologies, d’adaptation continue et de tradition culturelle ».

Transition écologique

Luisa Munaretto s’est ainsi forgé une conviction : malgré les nombreuses réussites notamment dans les technologies, l’écosystème indien reste encore mal connu en France, et elle compte bien peser pour changer la donne. Et en particulier dans deux grands secteurs : le digital et la santé.

Le poids même de l’Inde, à la fois démographique et économique, en fait le plus important parmi les signataires de la Cop21, offrant de nombreuses opportunités, et notamment dans les changements à venir du fait de la transition écologique. «Nous devrions capitaliser sur cet engagement résolu de la part de ce grand pays en faveur de l’environnement », lance-t-elle.

La e-santé est un levier unique

Autre domaine ciblé : la e-santé. La crise sanitaire a mis en valeur le potentiel de la e-santé en Inde et le développement de nouveaux « business models » favorisant l’accès aux services de santé de la classe moyenne. Cela représente une vraie opportunité de marché tant pour les industriels que les financiers, note Luisa, alors même que la santé représente un des secteurs d’excellence de la France.

Synergies

Les synergies entre tech et services de santé offrent différentes ouvertures communes dont Tech-IA s’est déjà saisie.  La jeune société d’investissement étudie actuellement, plusieurs dossiers en partenariat avec un fonds indien de premier plan. Le potentiel dans la e-santé a été clairement exacerbé par la crise sanitaire. « Les Indiens ont le gout du challenge. Ils montrent une grande capacité à valoriser les opportunités qui se manifestent pendant les crises économiques, » souligne Luisa .

Administratrice de Clara Nova, un groupe de nouvelles technologies coté à Paris, Luisa connait parfaitement les enjeux du numérique sur fond de crise. Membre du Comité d’audit et présidente du Comité des nominations et des rémunérations pendant 5 ans, elle aide aujourd’hui le groupe dans son expansion sur le marché indien. Parce que, répète-t-elle, les avantages compétitifs du marché indien sont nombreux.

Accompagner le « pivotage » de l’entrepreneur et les changements du marché.

La crise actuelle a agi comme un révélateur. L’une des missions de Tech-IA est de montrer concrètement, au-delà des ponts créés d’un continent à l’autre dans le monde de la tech, l’incroyable adaptation des start-up indiennes aux attentes du marché. « Elles sont vraiment agiles », dit-elle. L’un des rôles de Tech-IA sera donc de pousser les investisseurs à être très attentifs aux orientations de marché pour favoriser la « mise à l’échelle » ( scale up) de leurs jeunes pousses. Il s’agit, dit Luisa, d’accompagner leur «pivotage», de faciliter les évolutions de leur business model..  

Une ambassadrice au long cours

Experte de longe date de l’éco-système indien et consciente des attentes sur ce marché, Luisa Munaretto se retrouve souvent en position d’investisseuse/ambassadrice, pour dynamiser les échanges entre la France et le sous-continent. 

Il y a près de 20 ans, elle avait ainsi participé à la fondation, en tant qu’associée, de 21 Investimenti, le fonds de private equity lancé par la famille Benetton où elle a fait ses armes. Au sein de cette structure, elle avait la responsabilité de la diversification, à l’échelle européenne, de 21 Group et de ses participations. Luisa Munaretto y a acquis une expérience d’acquisitions et d’investissements dans différentes industries en Europe mais aussi déjà, en Inde, notamment dans les secteurs de la santé, du digital et de la production textile.

Une passerelle entre la France et l’Inde 

Une première expérience qu’elle a renouvelée et enrichie. Après 21 Investimenti, elle a ainsi co-créé et développé 2 autres fonds dédiés à l’Inde, en tant que partenaire.

D’abord chez Bryan Garnier India, la branche pionnière de la banque d’affaires sur les échanges franco-indiens, que Luisa rejoint en 2009. Co-fondatrice de cette branche, elle est fière d’avoir pu accompagner à ce titre, de jolis succès comme une acquisition du groupe indien Tata en France ou les investissements de Merieux et de Sanofi en Inde.  

Brands & Beyond : des start-ups de la mode

En 2015, elle co-fonde Brands & Beyond avec deux autres associés, basés à New Delhi. Une initiative décisive.  Le fonds d’investissement a façonné en effet un business model « BtoC », inédit sur le marché indien, pour développer des marques « lifestyle » locales dans la mode et le luxe, et les accompagner sur les marchés internationaux. Luisa n’hésite pas d’ailleurs, à porter les vêtements et les bijoux de ces créateurs repérés par Brands & Beyond. Elle reste toujours la première ambassadrice de ces jeunes marques.

Innovation : le making off 

Luisa Munaretto ne se cantonne pas à son seul métier d’investisseuse. Elle a choisi de favoriser les liens entre les deux pays, la France et l’Inde, par tous les moyens. Elle co-organise ainsi depuis 2017 le French VC ( Venture Capital) Symposium à Delhi pour développer les investissements mutuels et valoriser les synergies entre les deux écosystèmes d’innovation.

Ce symposium a donné à Tech-IA l’occasion de créer un partenariat avec Business France. Ils ont édité en collaboration un Livre Blanc précieux pour encourager les fonds d’investissements français, institutionnels et Corporate, à miser activement sur l’Inde. Et de faire tomber quelques barrières au passage. « S’il est important en effet, dit Luisa Munaretto, de contribuer à cette effervescence d’innovations en Inde, il y a quelques règles simples cependant à respecter. J’encourage en particulier les participations à travers des investissements ciblés : ce sont des choix raisonnés qui permettent d’accéder aux vraies opportunités de « scale-up » de qualité ».

Les fondamentaux des scale-ups

Multi-activiste, elle est invitée régulièrement à des conférences en Inde et à Londres pour partager son expérience. Elle contribue aussi, en qualité de mentor, aux programmes de HEC-X dédiés aux modèles économiques de scale-up, ces entreprises ultra-innovantes et à fort rendement : le rêve de tout bon investisseur !

Son action ne s’arrête pas là. Sa passion pour l’Inde l’a amenée à s’engager dans des actions plus philanthropiques. Elle participe aux développements de l’Alliance Educational Foundation Lab au Kerala, qui introduit l’approche de l’économie circulaire parallèlement au programme, et ce dès l’école primaire, basée à Malakkar.

Donner aux femmes un rôle dans le monde économique

Autre leitmotiv, chez cette investisseuse pointue : la place et le rôle des femmes dans les organisations.  « Dans la tech et le e-business, plus qu’ailleurs sans doute, il s’agit de valoriser le succès professionnel des femmes, de leur donner la confiance et les moyens financiers pour réaliser et accompagner l’expansion leur projets et/ou de leur carrière, explique Luisa, qui milite de longue date pour un rôle plus « décisionnaire » pour les femmes dans les affaires. Et qui leur donne une place particulière dans les investissements sélectionnés avec ses partenaires.  

L’influence d’Indira Gandhi

Membre du réseau International Women’s Forum en France, Luisa a toujours pris la parole pour valoriser les femmes. « L’Inde est un pays moins réfractaire à la réussite et au leadership féminin que beaucoup d’autres. » Malgré son aura, les opinions sur l’Inde et le rôle des femmes en Europe dans le milieu des affaires, sont très stéréotypées selon elle, et péjoratives. Elle s’amuse à rappeler l’influence d’Indira Gandhi sur ce pays. « Elle a été deux fois Premier Ministre pendant près d’une quinzaine d’années sans compter ses rôles de Ministre des finances et des affaires étrangères. »

Globe-trotteuse 

Après plus de 20 ans de vie en France, cette pure Vénitienne, naturalisée française, avait choisi de faire régulièrement des allers-retours entre Bombay et Paris, sa base pour elle et sa famille. L’apparition du Covid va freiner un peu sa vie de globe-trotteuse. « Dans le monde d’après, c’est vrai que je vais sans doute devoir limiter mes voyages pendant quelques temps », reconnait-elle.

Un frein teinté comme d’habitude d’une touche d’optimisme. Très connectés, les Indiens poursuivent le dialogue direct à travers les moyens numériques et les vidéo-conférences. Et les initiatives en cours progressent très bien en distanciel. « Comme toujours, les Indiens font preuve leur grand esprit d’adaptation. Il serait temps de valoriser tous ces aspects au lieu de concentrer l’attention médiatique sur le nombre de cas Covid » lance Luisa Munaretto, déjà sur son calendrier 2021. Una (prima) donna à suivre…

Martine Esquirou 


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.